Cliss XXI : une informatique libre, sociale et solidaire
Vous êtes ici : Accueil » Éducation populaire » Penser ensemble » Penser ensemble : 1968 - De grands soirs en petits matins

Penser ensemble : 1968 - De grands soirs en petits matins

D 27 octobre 2018


agrandir

Un débat avec la participation de Ludivine Bantigny, samedi 17 novembre, de 10h00 à 12h30 au LAG (Cliss XXI Liévin)

Ludivine Bantigny reviendra sur :

  • l’autogestion :
    • les expérimentations dans les entreprises et en dehors (Nantes, ...) ;
    • la (re)prise en main de certaines conceptions par les praticien-nes (peut-on parler d’autogestion des idées ?) comme dans le théâtre, la danse, ... ;
    • la confusion avec les concepts d’autonomie/participaton (université de Strasbourg, ...)
  • les femmes :
    • pendant et après mai 68
    • dans l’espace privé et dans l’espace public (l’entreprise, la rue, les syndicats, ...)
  • les "négociations" de Grenelle :
    • adversaires ou déjà "partenaires" sociaux ?
    • des acquis pour qui ?

En attendant le débat...

Critiques

  • Un livre qui fera référence, nourri d’archives foisonnantes - Jean-Marie Durand, Les Inrockuptibles
  • Un livre indispensable impliquant un travail exceptionnel sur les archives de la grève, de la police, du pouvoir - L’Humanité
  • Une synthèse nourrie d’une considérable recherche de première main. Superbement réussie. Seize chapitres ciselés éclairent toutes les facettes de l’évènement 1968. Le projet est servi par une écriture aussi précise qu’enlevée (...) Le livre donne à l’évènement son étendue et son imprévu. - Le Monde
  • Par un retour direct aux archives (foisonnantes) de l’époque, Ludivine Bantigny retisse avec toutes ses nuances la toile complexe de l’évènement et atteint admirablement son objectif : retracer un passé encore vivant. - Diane Lisarelli Le Nouveau Magazine littéraire
  • De l’histoire, pas seulement au sens disciplinaire et méthodologique, même si l’ampleur des dépouillements d’archives laisse pantois, mais d’une manière bien plus profonde : un travail sur les acteurs, leurs émotions et leurs mots, sur les temporalités et les possibles, qui donne tout son intelligibilité au passé. Un effort admirable, qui s’approche sans doute autant qu’il est possible, pour 1968, du but que s’était fixé Michelet dans son Histoire de France : celui d’une "résurrection de la vie intégrale" - André Loez Le Monde des livres
  • Un livre formibablement vivant, qui donne à voir et à entendre l’évènement au plus près de ses protagonistes, de leurs espoirs et de leurs émotions. Emouvant, vibrant, il bouscule nombre d’idées reçues et rétablit la vérité de faits trop souvent déformés et instrumentalisés - Michel Abescat Télérama